Eurosurveillance banner




Announcements
Read our articles on the ongoing Ebola outbreak in West Africa

Follow Eurosurveillance on Twitter: @Eurosurveillanc


In this issue


Home Eurosurveillance Monthly Release  2006: Volume 11/ Issue 7 Article 2 Printer friendly version
Back to Table of Contents
en es fr
Previous Next

Eurosurveillance, Volume 11, Issue 7, 01 July 2006
Outbreak report
Hyper-endémie prolongée d’infections à méningocoque B en Seine Maritime, France, janvier 2003 à juin 2005

Citation style for this article: Rouaud P, Perrocheau A, Taha MK, Sesboué C, Forgues AM, Parent du Châtelet I, Lévy-Bruhl D. Hyper-endémie prolongée d’infections à méningocoque B en Seine Maritime, France, janvier 2003 à juin 2005. Euro Surveill. 2006;11(7):pii=635. Available online: http://www.eurosurveillance.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=635

 

P Rouaud1, A Perrocheau2, MK Taha3, C Sesboué4, A Forgues4, I Parent du Châtelet2, D Lévy-Bruhl2
1. Cellule inter régionale d’épidémiologie de Haute-Normandie, Rouen, France
2. Institut de veille sanitaire, Saint Maurice, France
3. Centre national de référence des méningocoques, Paris, France
4. Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales de Seine-Maritime, Rouen, France

 


Entre janvier 2003 et juin 2005, une hyper-endémie d’infections à méningocoques est survenue dans le département de la Seine-Maritime en France. Quatre-vingt-six cas ont été déclarés, représentant une incidence moyenne annuelle de 2,7 cas pour 100 000 habitants, comparé à une incidence annuelle nationale de 1,6. Une zone plus particulièrement touchée a été identifiée, incluant la ville de Dieppe et ses environs (26 cas, soit une incidence annuelle de 12 cas pour 100 000). Cette épidémie était due à N. meningitidis phénotype B:14:P1.7,16 appartenant au complexe clonal ST-32/ET-5. Trente-et-un cas de B14:P1.7,16 ont été confirmés par phénotypage au Centre National de Référence des méningocoques (CNR) associés à un taux de mortalité (19%) et une proportion de purpura fulminans (42%) particulièrement élevés. Les groupes d’âge les plus touchés étaient les jeunes de 15 à 19 ans et les enfants entre un an et neuf ans. En 2003, les autorités sanitaires ont mis en place une surveillance épidémiologique renforcée. Parallèlement, elles ont lancé des campagnes d’information sur la maladie auprès des médecins et du public. En 2004, le comité national des vaccinations a évalué l’intérêt d’un vaccin à base de vésicules de membranes externes de N. meningitis B développé sans licence en Norvège, qui confèrerait une protection contre la souche B14:P1.7,16. En 2006, le Ministère de la Santé décide de proposer une vaccination avec ce vaccin chez les sujets âgés de un à 19 ans en Seine Maritime.
 
L'article complet est disponible en anglais

 

 



Back to Table of Contents
en es fr
Previous Next

Disclaimer:The opinions expressed by authors contributing to Eurosurveillance do not necessarily reflect the opinions of the European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) or the editorial team or the institutions with which the authors are affiliated. Neither ECDC nor any person acting on behalf of ECDC is responsible for the use that might be made of the information in this journal.
The information provided on the Eurosurveillance site is designed to support, not replace, the relationship that exists between a patient/site visitor and his/her physician. Our website does not host any form of commercial advertisement.

Eurosurveillance [ISSN] - ©2007-2013. All rights reserved
 

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. This site complies with the HONcode standard for trustworthy health information:
verify here.